IAMSAILOR

Written by anagram. Posted in PORTRAIT, TOULOUSE

Tagged: , , , , , , ,

iamsailor-lamoustacherie

Published on juillet 14, 2010 with No Comments

aka IAMSAILOR graphiste toulousain « touche à tout » qui appartient à une génération ultra créative qui ne finit pas de surprendre par son imagination et sa polyvalence. Entre Toulouse, Paris, New-York et Montréal, Romain se livre pour la Moustacherie.

Bonjour Romain, j’aimerais pour commencer que tu nous expliques ton cursus …

Mon parcours est assez classique. Après mon Bac je me suis dirigé vers un BTS en infographie et Multimédia à Toulouse dont je suis sorti diplômé en 2003. Après plusieurs années en tant que technicien multimédia pour une mission du  Musée des Arts & Métiers je me suis lancé en free-lance.

Nous te connaissons avec beaucoup de casquettes : Graphiste, photographe et musicien ? Comment fais-tu ?

Cela demande beaucoup d’organisation ! Je fais partie de ces gens qui ne savent pas rester sans rien faire … quand j’ai un peu de temps libre je me lance de nouveaux défis. Le fait d’être un éternel insatisfait m’aide beaucoup.

Comment décrirais-tu ton univers graphique ?

Difficile de juger son travail. J’ai toujours du mal à décrire ce que je fais car entre le graphisme, le travail de commande et la photographie je m’y perds un peu. J’aime les choses où la main intervient, quand ce n’est pas exclusivement de la création assistée par ordinateur.

Quelles sont tes inspirations ?

Le monde de l’enfance m’inspire beaucoup. Mes travaux abordent souvent cette insouciance ou la nostalgie de l’avoir perdue. Que ce soit dans la musique, le graphisme ou la photographie, je suis à la recherche de l’émerveillement, celui que l’on peut avoir à 3 ans quand on voit passer un gros camion ou juste la peur du noir.  La notion de temporalité est aussi un des grands axes de mes travaux, surtout dans mes photographies que j’aime à comparer à des post-its de vies. Le présent peut parfois paraître anodin, mais une fois qu’il n’existe plus il prend une toute autre valeur. J’ai peur de vieillir, d’oublier et la photographie est une façon de conserver les choses, mon vécu, des visages, des lieux.

La photo semble être la base de beaucoup de tes travaux. Quel rapport as-tu avec la photographie ?

Mon père est photographe est j’ai toujours baigné la dedans. Même si j’ai commencé assez tard c’est ce qui compte le plus à mes yeux aujourd’hui. Au départ c’était juste une récréation, un moyen de faire de l’image sans la manipuler via photoshop et avec le temps elle a pris de plus en plus d’importance. J’ai la chance de pouvoir côtoyer des artistes plus que talentueux comme Gilles Favier, Jane Evelyn Atwood dont le travail m’impressionne beaucoup. Cette année ma rencontre avec Michael Ackerman m’a beaucoup secoué et donné envie d’aller encore plus loin. J’ai toujours du mal à me considérer comme un photographe, mais ce qui est sûr c’est que mon attachement à la pellicule dépasse largement le cadre du travail artistique.

Sur beaucoup de tes réalisations (pochettes, affiches, …) on sent chez toi une attention particulière sur le travail typographique. Quelle approche as-tu ?

Je n’y porte pas vraiment d’attention … avec le temps je me suis mis à quasi-détester les typos que peut produire un ordinateur. Cela manque tellement de vie et de personnalité. Je préfère prendre mes feutres et gribouiller des choses sur un papier, que de passer des heures sur illustrator. J’aime quand la typographie ne ressemble plus à du texte ou quand elle a un coté désuet. Mes références sont plus à chercher dans le post-it collé sur mon frigo qui me demande d’aller acheter du pain.

Ton nom est souvent associé aux artistes et au Label Lacrymal records. Peux tu nous en parler un peu plus ?

J’ai réalisé beaucoup de flyers et d’affiches pour les concerts Lacrymal entre 2005 et aujourd’hui. Guillaume m’a toujours laissé carte blanche et c’est les rares travaux de commandes où je peux laisser libre court à mes envies. En plus de travailler pour des artistes que j’adore, cela m’a permis de développer mon style et d’essayer de nouvelles choses. Lacrymal a sortt la plupart des disques auxquels j’ai participé, donc je comprends le fait d’être souvent associé au label.

J’ai compris que tu avais un nouveau site en préparation … et des expos sont elles prévues ?

En effet, j’espère pouvoir le mettre en ligne très vite, mais comme souvent, je passe en dernier, après mon travail et la musique, donc cela prend retard. Pour ce qui est des expositions, rien de prévu pour le moment, et je t’avoue que je m’en occupe pas trop …

D’autres actualités à venir ?

Beaucoup de musique avec les nouveaux albums d’ I Pilot Dæmon et Montreal On Fire, et certainement un nouveau Saåad qui devrait passer le cap du live avant la fin de l’année. Une tournée en Scandinavie avec mes amis de Time To Burn. Pour le reste, beaucoup d’envies et de projets en cours, comme un passage à la vidéo, de nouveaux projets photographiques  mais difficile de m’étendre là dessus à l’heure actuelle.

Portes- tu la moustache ?

Malheureusement non, je suis quasi imberbe.

Retrouvez plus d’informations sur son site :

www.iamsailor.com


No Comments

Comments for IAMSAILOR are now closed.