Suckaz

Written by anagram. Posted in NEWS, PORTRAIT

Tagged: , , , ,

sukazart-la-moustacherie

Published on janvier 12, 2011 with 8 Comments

Suckaz est un illustrateur/graphiste découvert lors d’un battle chez Battle Tees. Il est toulousain, polymorphe et touche à tout. Il dévoile un univers très féminin avec ses GIRLYGHOSTS qu’il peint sur une multitude de supports. Son approche est épurée pour laisser place à un coup de crayon efficace qui offre une palette riche en couleurs. Il invite le spectateur dans les tréfonds d’un esprit original et marginal; Suckaz est un rêveur qui redessine probablement le monde à son image …

J’aimerais pour commencer que tu nous expliques ton parcours …
Je suis pour ainsi dire autodidacte. Jusqu’à mes 19 ans et un Bac scientifique obtenu à l’arrachée, je n’avais jamais pris de cours de dessin ou d’histoire de l’Art. Je n’avais même jamais mis les pieds dans un musée. Par contre, depuis tout jeune, le dessin prend une part importante dans ma vie et mes passions (BD, skateboard, Street Art ) n’ont fait que développer ce besoin de créer.
Mon premier véritable contact avec le milieu artistique a été mon passage en Arts Plastiques / Arts Appliqués à L’université de Toulouse-Le Mirail. Même si les études n’étaient pas ma tasse de thé, ça m’a permis de développer quelques aptitudes et connaissances. Le reste, je l’ai appris «sur le terrain», en m’achetant un iMac pour apprendre la PAO tout seul, en posant des questions à des pros et en bossant en agences de com (TBWA Compact Toulouse, Leo BURNETT Paris), en imprimeries ou au sein de studios graphiques. J’ai eu par la suite l’opportunité de m’installer en free-lance pour pouvoir mener à bien des projets personnels, artistiques, qui me trottaient dans la tête depuis des années.

Graphiste, peintre, illustrateur, … qui es-tu exactement ?
Je suis graphiste de profession. Mais je me considère plus comme créatif, sans restriction de technique ou de support. J’utilise le numérique et l’acrylique. Je travaille en volume comme en 2D. Je ne me mets aucune barrière. Mon moteur, c’est l’imagination. Mes seules limites sont techniques et financières. Et encore, la technique, ça s’acquiert. C’est d’ailleurs en créant avec d’autres artistes aux techniques et styles différents que mes envies et ma propre technique évoluent.

Comment décrirais-tu ton univers ?
Mon univers est fait de douceur et de noirceur. De mélancolie et de romantisme. L’entité féminine est toujours présente dans mes compositions pour les multiples sentiments qu’elle provoque en moi ainsi que pour ma fascination pour ses courbes. Le traité est direct, souvent coloré.
Des image simples illustrant des angoisses ou des sentiments complexes… Voilà mon défi.
A côté de ça, il m’arrive également de réaliser des créations plus « légères », avec cependant toujours les mêmes obsessions graphiques.

Où vas-tu trouver ton inspiration ?
Pour le sens, j’écoute mes sentiments.
Pour la forme, c’est un condensé de toutes les influences conscientes et inconscientes que je peux avoir. Je suis quasiment né avec un crayon dans les doigts. La BD a été mon premier support de dessin. Ensuite, je suis rentré dans le monde du skateboard avec toute la culture visuelle associée. Ajoute à ça l’imagerie rock/punk, le cinéma, la télé de mon enfance, un peu de Pop’Art, de street art et une formation de publicitaire et tu auras l’éventail de mes inspirations.

J’ai vu que tu exposais régulièrement, peux-tu nous en dire plus ?
J’ai effectivement participé à plusieurs expositions. Pour l’instant, aucun solo show. Mais ça n’est pas forcément un manque. Exposer est pour moi l’occasion de partager avec les autres, artistes ou spectateurs, provoquer un intérêt ou discuter avec des personnes qui n’aiment pas forcément ce que j’aime. Mes créations sont des expressions personnelles. Et comme toutes paroles, elles ont besoin d’être entendues.
Dans cette idée, mon ami Codel (http://www.codelart.com) et moi-même avons créé JohnJohn, un artiste bicéphale, une entité artistique à deux têtes composée de John et John. La démarche est le partage et le plaisir. Nos styles sont différents mais nos influences communes. Cette «relation» me permet de sortir de mon univers pour aborder des thèmes plus légers et me fait évoluer graphiquement.

Des expos, des projets pour l’avenir ?
Tout à fait ! Après l’exposition HybriDE2 / JohnJohn strikes Back qui a lieu au Shop Empire de Pau jusqu’au 22 janvier, j’exposerai, sous l’entité JohnJohn et par l’entremise de l’association toulousaine «Les Sens de l’Art», au restaurant Les Fabuleux Festins, à Toulouse. Je participe ensuite à l’exposition de Codel à la Green Galerie, dans le courant du mois d’Avril. D’autres propositions sont également en gestation.
En parallèle deux tees doivent sortir dans la collection Hiver 2011 de la marque CellDVSN : un modèle JohnJohn et un SKZ!

Ton « walkman » transporte quelle musique ?
Tant de choses mon ami ! Mon iPod se décharge bien avant de pouvoir arriver à la fin de ce qu’il contient. J’aime autant de musiques que je ressens de choses. Disons que je colle une bande-son à ma vie. Le son le plus présent est quand même la «cold wave». Une petite écoute de la playlist de mon blog en donne une idée.

Portes- tu la moustache?
I love moustache, but I barbouze !

On vous invite à découvrir son site : suckazart.blogspot.com son projet bicéphale johnjohn-land.blogspot.com et l’association Les sens de l’art




8 Comments

There are currently 8 Comments on Suckaz. Perhaps you would like to add one of your own?

  1. Vive la moustacherie !!!
    Vive SKZ!
    Vivi JohnJohn !!!

    • Et vive la Moustacherie et le poil facial ! n_n

  2. Vive Suckaz !

  3. Yeah ! J’adore ce garçons ? Oú peut on acquérir une de ses œuvres ?

    • Nous vous invitons à rentrer en contact avec l’artiste via son blog : suckazart.blogspot.com
      Moustachement,

      A.

      • où?

  4. coool!

  5. merci, encre un talent toulousain qui m’énerve car trop de talent ;-)

Leave a Comment